Séance du 8 novembre 2019

Florent Groazel et Younn Locard, Révolution I : Liberté


L’invitation est le fruit d’une première rencontre en mars au colloque « La révolution en 3D » organisé en Sorbonne par Pierre Serna et Anne Simonin, et où IMAREV était venu présenter une « carte blanche »[1]. On a alors pris date pour une séance. Dans l’intervalle, le séminaire a choisi la question de la « mise en espace », de la spatialité révolutionnaire. La séance se déroule en partenariat avec la revue Orages, qui prépare un numéro sur les « explosions populaires », en présence de Sophie Marchand, co-directrice de ce prochain numéro avec Olivier Ritz[2]. Nos invités présentent ici le début d’une trilogie (1000 pages !). Le volume est déjà beaucoup primé. Les auteurs étaient très jeunes au moment du Bicentenaire : ils appartiennent à un autre temps, et dans leur génération, font avec quelques autres un peu exception dans leur intérêt pour la Révolution.

Continuer la lecture de « Séance du 8 novembre 2019 »

Programme 2019-20 : « Arts et écritures de l’espace révolutionnaire de 1789 à nos jours »

« Théâtre de la Porte-Saint-Martin – Thermidor, drame de M. V. Sardou : La Convention (Supplément du Petit Journal, 22 mars 1896)
Source: gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

Tout intéresse de ce lieu terrible.

Victor Hugo, Quatrevingt-treize (1872)

L’axe thématique de cette année constitue un préliminaire à un futur colloque/livre collectif consacré aux enjeux de la spatialité révolutionnaire dans les arts et la littérature. Des premières estampes de 89 au cinéma contemporain, de l’imagination gothique du Cimetière de la Madeleine de Regnault-Warin (1800) à la trilogie graphique en cours des auteurs de BD Grouazel et Locard, en passant par le théâtre, le roman, la scène des « musicals », l’esthétique du jeu vidéo, on souhaite explorer l’imaginaire des mises (ou remises) en espace(s) de la Révolution.

Il s’agira aussi bien de ses propres dispositifs symboliques et politiques, au premier rang desquels l’organisation des « lieux » de la parole publique, la fête, le théâtre, que des résonances complexes, dans la longue durée, de ces dispositifs : écriture de l’histoire, poétique des fictions, travail des images, mais aussi procédures commémoratives, reenactment inclus, qui relèvent aussi, en tant que formes du rappel de ce qui est passé, d’une opération historiographique. Ainsi, la « fin de siècle », des Goncourt à Sardou, en passant par le Musée Grévin, se caractérise-t-elle par la manie de la collection, des reconstitutions qui figent en tableaux spectaculaires et conjuratoires la geste révolutionnaire.

Configurer des itinéraires et des lieux symboliques, jouer de la puissance évocatoire de la nomination, raviver le mouvement ou au contraire figer une monumentalité : l’espace organisé fait voir, positionne, dynamise ou arrête, immerge ou tient à distance, mais aussi sélectionne, impose les cadrages et les échelles, distribue des vitesses relatives de déplacement, manifestant alors la pluralité des façons de vivre et de comprendre l’événement sous l’angle privilégié du sensible – pour refaire présence autrement.

Car l’histoire ne mesure-t-elle pas aussi l’absence ? Les espaces de la Révolution ont souvent un nom. La puissance évocatrice de ce nom est parfois si forte qu’il tient lieu d’un espace empêché (l’Assemblée nationale) ou disparu (la Bastille).  On nomme, on renomme, on évoque par la puissance d’un seul nom. Que reste-t-il des espaces sensibles dans cet univers saturé de noms ? La Bastille, les Menus Plaisirs, la salle du Manège, ne sont-ils pas d’abord des lieux disparus ? La question de l’espace renvoie aussi à cette dérobade : « Et la Révolution a pour monument… le vide. » (Michelet) – Formule mélancolique à laquelle ferait encore écho celle de Lenôtre : « L’histoire de la Révolution est borgne, car sa topographie reste à faire… Combien de fois, en parcourant les pages qu’ont inspirées à Michelet et à Lamartine les sombres journées de la Terreur, j’essayais de reconstituer en esprit, à l’aide de leurs narrations, la salle où siégeaient la Convention, les prisons, les Comités… Je me demandais : Comment était-ce ? » (Paris révolutionnaire, 1904)

Calendrier

8 novembre : 1789 en BD : Révolution 1, de Grouazel et Locard (en présence des auteurs)

14 février : On parlera Théâtre et cinéma, de la fin de siècle à l’après-guerre (Sophie Lucet et François Huzar)

13 mars : Il sera question des espaces parlementaires, assemblées révolutionnaires (Hélène Parent et Patrick Brasart)

29 mai : On reviendra avec des spécialistes sur la scène révolutionnaire (Pierre Frantz et Thibaut Julian)