La Révolution au bac : de quoi Olympe de Gouges est-elle le nom ?

Vendredi 26 novembre de 15h à 18h

à l’Université de Paris, aux Grands Moulins,
5 rue Thomas Mann,
escalier C, sixième étage, salle 682C
et à distance, par vidéoconférence

(Ouvert à tou.te.s dans la limite des places disponibles, avec passe sanitaire pour les personnes extérieures à l’université. Écrivez-nous pour connaître le lien de connexion Zoom.)

Table ronde
en compagnie d’Anne-Lise Rey (Nanterre Université)
et Élise Pavy (Université de Bordeaux, IUF).

L’inscription de la Déclaration des droits de la femme au programme du bac français 2022 lui donne l’occasion de proposer une séance d’étude autour de cette figure ambiguë, arbre qui cache la forêt des engagements féminins en révolution pour les un.e.s, fondatrice de la tradition “féministe” pour les autres et à cet égard digne de la reconnaissance nationale (proposition de panthéonisation) ; prise entre les injonctions de l’universalisme républicain et celles de la reconnaissance d’une différence des sexes (J. Scott) mais aussi entre les feux croisés de débats historiographiques (et politiques) sur l’évaluation de sa doctrine sociale (girondine, modérée, gardienne de l’ordre bourgeois, conservatrice déguisée en passionaria ?). 

Une façon de prendre en écharpe les questions que pose cette instabilité de la figure est offerte par un programme scolaire qui semble se situer au plus près du geste commémoratif républicain, lui-même réactivé par ce qu’on pourrait appeler “La Révolution après #Metoo”. Réfléchir à ces enjeux suppose de revenir sur la construction d’une mémoire et l’étiquetage du “féminisme”, de s’interroger sur le retour obstiné de la Déclaration comme texte fétiche, et de ne pas y oublier, au passage, la Gouges de 92-93 et l’inventivité de ses modes d’expression et d’engagement. De quelle Olympe de Gouges nous souvenons-nous, et pourquoi faire ?


En mars 2019, nous avions présenté une communication à trois voix sur «l’objet Olympe de Gouges» au colloque La Révolution en 3D à la Sorbonne. Les articles que nous avons tirés de cette intervention sont en ligne, publiés dans le numéro 20 de la revue La Révolution française :

Olivier Ritz, « Le sacre retardé d’une écrivaine : Olympe de Gouges », La Révolution française, 20 | 2021. URL : http://journals.openedition.org/lrf/5014

Sophie Lucet, « Olympe de Gouges et la scène, ou le « devenir théâtre » d’Olympe de Gouges (imaginaires théâtraux xix-xxi) », La Révolution française, 20 | 2021. URL : http://journals.openedition.org/lrf/4924

Florence Lotterie, « Une fiction de la Révolution : Le projet de « La tenture Olympe de Gouges » (2009- ?) », La Révolution française, 20 | 2021. URL : http://journals.openedition.org/lrf/4900


Image à la une : Olympe de Gouges – Elle s’était offerte pour défendre Louis XVI© RMN-Grand Palais (Musée du Louvre)

Reprise du séminaire saison 2021-2022

Le séminaire reprend ses activités pour l’année 2021-2022. Il se tiendra normalement le vendredi de 16h à 18h, sauf indication contraire.

Programme du premier semestre

 

17 septembre 

Lieux et espaces dans les spectacles de la Révolution

Avec Pierre Frantz (Sorbonne Université) : « La fictionnalisation de l’espace »

Et Thibaut Julian (Université de Lyon) : « Les lieux de la Révolution dans le théâtre d’actualité (1789-1799) »

 

26 novembre (15h-18h) : Table ronde 

La Révolution au bac : de quoi Olympe de Gouges est-elle le nom ?

En compagnie de Anne-Lise Rey (Nanterre Université) et Elise Pavy (Université de Bordeaux, IUF).

 


Image à la une : Olympe de Gouges – Elle s’était offerte pour défendre Louis XVI, © RMN-Grand Palais (Musée du Louvre)

Table ronde : littérature et imaginaires de la Révolution

La prochaine séance du séminaire aura lieu mercredi 31 mars de 15h à 17, par vidéoconférence. Elle réunira trois spécialistes de la littérature des 18e et 19e siècle ayant récemment publié ou soutenu leur thèse: Virginie Yvernault, Maxime Triquenaux et Laura Broccardo. Tous trois discuteront de ce que leurs travaux impliquent en termes d’imaginaires de la Révolution.

Pour participer à cette séance de séminaire, demandez un lien de connexion en envoyant un courrier électronique à olivier.ritz ( ) u-paris.fr.

***

Docteure de Sorbonne Université (2017) et spécialiste de littérature française du 18e siècle (historiographie des Lumières, histoire et esthétique du théâtre, études de genre), Virginie Yvernault est l’auteure de Figaromania, Beaumarchais tricolore, de monarchies en républiques (18e-19e siècle), paru aux éditions Hermann en 2020 (https://www.editions-hermann.fr/livre/9791037003324).

Elle est également en charge du programme d’Humanités numériques RCF19, en partenariat avec la Bibliothèque-musée de la Comédie-Française https://obvil.sorbonne-universite.fr/carnet-de-recherche/entretiens.

***

Maxime Triquenaux est agrégé de lettres modernes et docteur en littérature française du XVIIIe siècle de l’Université Lumière Lyon 2 (sujet de thèse: «Aristocraties de papier : trois figures littéraires de nobles face à la Révolution française (Besenval, Polignac, Richelieu)»). Ses recherches portent notamment sur la dimension littéraire de l’imaginaire social de la noblesse, mais aussi plus généralement sur les relations entre formes littéraires et cultures politiques à la fin de l’Ancien Régime, ainsi que sur les représentations de la sexualité et des violences sexuelles.  

Quelques publications récentes :

  • « Le portrait de Marie-Antoinette en robe de gaulle, ou le corps symbolique de la reine au risque de sa représentation », dans Paul Cormier, Xavier Gilly, Michaël Girardin (dir.) Construire la légitimité politique de l’Antiquité à nos jours, Paris, Classiques Garnier, 2021, p. 227-239.
  • « “S’amuser, et quelquefois amuser les autres, en leur rappelant ce qui n’existe plus” : la mémoire de la légèreté nobiliaire dans les Fragments de l’histoire de ma vie du prince de Ligne », dans Marine Ganofsky et Jean-Alexandre Perras (dir.), Le siècle de la légèreté : émergences d’un paradigme du XVIIIe siècle français, Oxford, Voltaire Foundation, Oxford University Studies in the Enlightenment, 2019, p. 55-70.
  • « Messaline française, louve de Barbarie et Ganymède femelle. La contagion de la haine dans les pamphlets contre la duchesse de Polignac », Orages, n° 16, 2017, p. 33-58.

Carnet hypothèses : https://imaristo.hypotheses.org/

***

Laura Broccardo est professeure agrégée de lettres modernes au lycée et docteure en lettres. Elle a soutenu en 2019 une thèse de doctorat intitulée : «Défaire l’histoire, refaire l’Histoire : l’écriture des possibles dans l’œuvre de Germaine de Staël (1785-1818)», sous la direction de Florence Lotterie à l’Université de Paris (Paris Diderot). Ses recherches, qui portent sur la période du tournant des Lumières (1780-1820), s’intéressent plus particulièrement à la question de l’écriture de l’histoire et des combats politiques des femmes.

Elle présente ainsi son intervention :

« Une Révolution où tout est possible[1] »:
le contrefactuel comme imaginaire de l’histoire de la Révolution

Différents lieux communs se retrouvent dans le discours sur la Révolution française : le réel y aurait dépassé le romanesque (« Ce grand spectacle que la France vient de donner au monde a produit des changements qu’on croyait tellement impossibles que personne n’eût osé les imaginer dans un roman : on les eût pris pour les rêves d’un malade », écrit le journaliste J.-P. Gudin), l’impossible serait advenu, selon l’historien Edgard Quinet (« la Révolution française a ramené la foi en l’impossible »).

Il s’agit de se demander, à partir du topos du « tout est possible » ou de l’ouverture des possibles, comment ce remodelage du réel par l’imagination a également façonné l’écriture de l’histoire de la Révolution et de l’Empire.

Pour ce faire, cette communication se propose de revenir sur un travail doctoral consacré à Germaine de Staël, intitulé « Défaire l’histoire, refaire l’Histoire : l’écriture des possibles dans l’œuvre de Germaine de Staël (1785-1818) », et de l’interroger au prisme du contrefactuel (ce qui se serait passé si…) comme imaginaire historique de la Révolution et de l’Empire. Notre propos prendra notamment appui sur des événements décisifs ou « tournants » qui ont nourri une certaine vision de l’histoire révolutionnaire, telle la fuite de Louis XVI à Varennes, et des personnages historiques controversés, aux multiples visages, comme Robespierre et Napoléon. Il sera également éclairé par quelques emprunts à la littérature de la période, notamment Delisle de Sales et Chateaubriand.


[1] Germaine de Staël, Des circonstances actuelles, dans Œuvres complètes, III, 1, dir. Lucia Omacini, Paris, Champion, p. 498.


Image à la une: Jean-Baptiste Lesueur, «Plantation d’un arbre de la Liberté» Gouache sur carton, 1790-1791, Paris, musée Carnavalet, sur Wikimedia Commons.

Reprise du séminaire !

Après une longue interruption causée par la crise sanitaire, le séminaire IMAREV 18-21 – Imaginaires de la Révolution de 1789 à nos jours reprend ce printemps à un nouvel horaire : le mercredi de 15h à 17h.

Deux rendez-vous sont d’ores-et-déjà programmés :

Mercredi 31 mars 2021, de 15h à 17h, une table ronde réunira Laura Broccardo, Maxime Triquenaux et Virginie Yvernault. Ces trois jeunes spécialistes de la littérature de la période révolutionnaire présenteront leurs travaux actuels et dialogueront à propos de la notion d’imaginaires de la Révolution. La séance aura lieu à distance. Lien de connexion sur demande. Annonce détaillée à suivre.

Mercredi 9 juin 2021, de 15h à 17h, nous accueillerons enfin Patrick Brasart et Hélène Parent pour la séance consacrée aux Assemblée de la Révolution que nous aurions dû tenir le 13 mars 2020. Nous espérons pouvoir accueillir celles et ceux qui le voudront et le pourront à la bibliothèque Jacques-Seebacher. Un lien de connexion sera disponible pour les autres. L’annonce détaillée est ici : https://imarev.hypotheses.org/177.


Image à la une: Laura Antonelli chante l’«Hymne à la République» dans Les Mariés de l’an II de Jean-Paul Rappeneau en 1971. Capture d’écran.

Espace et discours : les Assemblées de la Révolution

Cette séance initialement prévue le 13 mars 2020 aura lieu :

Mercredi 9 juin, de 15h à 17h

  • Patrick Brasart (Université Paris 8) : L’espace parlementaire de la Révolution française : nature et transformations des dispositifs délibératifs dans les assemblées nationales (1789-1794)
  • Hélène Parent (Université Paris Nanterre) : Les assemblées de la période révolutionnaire : la fabrique d’un espace dans et par le discours (1789-1807)


Université de Paris / Paris-Diderot
Bâtiment des Grands Moulins – 5 rue Thomas Mann (Paris 13e)
Bibliothèque Jacques-Seebacher, escalier A, deuxième étage.
Et à distance via Zoom.

Inscription nécessaire : contacter les organisateurs.

Séminaire organisé par Florence Lotterie, Sophie Lucet et Olivier Ritz (Université de Paris / Paris Diderot, CÉRILAC) 

Continuer la lecture de « Espace et discours : les Assemblées de la Révolution »

14 février : cinéma, théâtre et Belle-époque

Séminaire 2019-2020. Vendredi 14 février, à la bibliothèque Jacques-Seebacher, de 17h à 19h (5 rue Thomas Mann, 75013 Paris, escalier A, deuxième étage). Entrée libre.

« Lieux et décors de la Révolution Française au cinéma et au théâtre: les mirages d’une résurrection de l’Histoire dans le cinéma des premiers temps et sur les scènes de la Belle-époque? »

  • François Huzar, doctorant en études cinématographiques à Paris III – Sorbonne Nouvelle.
  • Sophie Lucet, maître de conférences en Littérature et en arts du spectacle à Paris-Diderot (Université de Paris).

À travers l’étude des espaces et lieux récurrents du spectacle cinématographique et théâtral de la Révolution, les deux communications se proposent d’explorer la manière dont le cinéma des premiers temps et le théâtre de la « Belle-Epoque » investissent le récit historique et le donnent à voir:  recréant les scènes, tableaux, décors de l’Histoire, et empruntant à l’historiographie et à l’iconographie de la Révolution, cinéma et théâtre travaillent des imaginaires historiques complexes et contribuent diversement à l’élaboration d’un récit national consensuel; dans ces opérations, la question des lieux est décisive comme l’écrit l’historien G. Lenôtre (alias Théodore Gosselin, spécialiste de la « petite histoire » ) dans Paris révolutionnaire, en 1904 : « L’histoire de la Révolution est borgne, car sa topographie reste à faire…. Combien de fois, en parcourant les pages qu’ont inspirées à Michelet et à Lamartine les sombres journées de la Terreur, j’essayais de reconstituer en esprit, à l’aide de leurs narrations, la salle où siégeait la Convention, les prisons, les Comités… Je me demandais: Comment était-ce? ».

Image à la une : « La Convention », Thermidor de Victorien Sardou, à la Porte Saint-Martin, in Le Petit Journal, supplément illustré, 22 mars 1896. 

Séance du 8 novembre 2019

Florent Groazel et Younn Locard, Révolution I : Liberté


L’invitation est le fruit d’une première rencontre en mars au colloque « La révolution en 3D » organisé en Sorbonne par Pierre Serna et Anne Simonin, et où IMAREV était venu présenter une « carte blanche »[1]. On a alors pris date pour une séance. Dans l’intervalle, le séminaire a choisi la question de la « mise en espace », de la spatialité révolutionnaire. La séance se déroule en partenariat avec la revue Orages, qui prépare un numéro sur les « explosions populaires », en présence de Sophie Marchand, co-directrice de ce prochain numéro avec Olivier Ritz[2]. Nos invités présentent ici le début d’une trilogie (1000 pages !). Le volume est déjà beaucoup primé. Les auteurs étaient très jeunes au moment du Bicentenaire : ils appartiennent à un autre temps, et dans leur génération, font avec quelques autres un peu exception dans leur intérêt pour la Révolution.

Continuer la lecture de « Séance du 8 novembre 2019 »

Programme 2019-20 : « Arts et écritures de l’espace révolutionnaire de 1789 à nos jours »

“Théâtre de la Porte-Saint-Martin – Thermidor, drame de M. V. Sardou : La Convention (Supplément du Petit Journal, 22 mars 1896)
Source: gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

Tout intéresse de ce lieu terrible.

Victor Hugo, Quatrevingt-treize (1872)

L’axe thématique de cette année constitue un préliminaire à un futur colloque/livre collectif consacré aux enjeux de la spatialité révolutionnaire dans les arts et la littérature. Des premières estampes de 89 au cinéma contemporain, de l’imagination gothique du Cimetière de la Madeleine de Regnault-Warin (1800) à la trilogie graphique en cours des auteurs de BD Grouazel et Locard, en passant par le théâtre, le roman, la scène des « musicals », l’esthétique du jeu vidéo, on souhaite explorer l’imaginaire des mises (ou remises) en espace(s) de la Révolution.

Il s’agira aussi bien de ses propres dispositifs symboliques et politiques, au premier rang desquels l’organisation des « lieux » de la parole publique, la fête, le théâtre, que des résonances complexes, dans la longue durée, de ces dispositifs : écriture de l’histoire, poétique des fictions, travail des images, mais aussi procédures commémoratives, reenactment inclus, qui relèvent aussi, en tant que formes du rappel de ce qui est passé, d’une opération historiographique. Ainsi, la « fin de siècle », des Goncourt à Sardou, en passant par le Musée Grévin, se caractérise-t-elle par la manie de la collection, des reconstitutions qui figent en tableaux spectaculaires et conjuratoires la geste révolutionnaire.

Configurer des itinéraires et des lieux symboliques, jouer de la puissance évocatoire de la nomination, raviver le mouvement ou au contraire figer une monumentalité : l’espace organisé fait voir, positionne, dynamise ou arrête, immerge ou tient à distance, mais aussi sélectionne, impose les cadrages et les échelles, distribue des vitesses relatives de déplacement, manifestant alors la pluralité des façons de vivre et de comprendre l’événement sous l’angle privilégié du sensible – pour refaire présence autrement.

Car l’histoire ne mesure-t-elle pas aussi l’absence ? Les espaces de la Révolution ont souvent un nom. La puissance évocatrice de ce nom est parfois si forte qu’il tient lieu d’un espace empêché (l’Assemblée nationale) ou disparu (la Bastille).  On nomme, on renomme, on évoque par la puissance d’un seul nom. Que reste-t-il des espaces sensibles dans cet univers saturé de noms ? La Bastille, les Menus Plaisirs, la salle du Manège, ne sont-ils pas d’abord des lieux disparus ? La question de l’espace renvoie aussi à cette dérobade : « Et la Révolution a pour monument… le vide. » (Michelet) – Formule mélancolique à laquelle ferait encore écho celle de Lenôtre : « L’histoire de la Révolution est borgne, car sa topographie reste à faire… Combien de fois, en parcourant les pages qu’ont inspirées à Michelet et à Lamartine les sombres journées de la Terreur, j’essayais de reconstituer en esprit, à l’aide de leurs narrations, la salle où siégeaient la Convention, les prisons, les Comités… Je me demandais : Comment était-ce ? » (Paris révolutionnaire, 1904)

Calendrier

8 novembre : 1789 en BD : Révolution 1, de Grouazel et Locard (en présence des auteurs)

14 février : On parlera Théâtre et cinéma, de la fin de siècle à l’après-guerre (Sophie Lucet et François Huzar)

13 mars : Il sera question des espaces parlementaires, assemblées révolutionnaires (Hélène Parent et Patrick Brasart)

29 mai : On reviendra avec des spécialistes sur la scène révolutionnaire (Pierre Frantz et Thibaut Julian)

Paris 1789 : Révolution de Grouazel et Locard

Séminaire IMAREV 18-21
Imaginaires de la Révolution française de 1789 à aujourd’hui
Saison 2019-2020 : « Arts et écritures de l’espace »

Vendredi 8 novembre 2019
14h30-17h
Bibliothèque Jacques Seebacher

Pour sa première séance de l’année, le séminaire IMAREV 18-21 reçoit Florent Grouazel et Younn Locard, les talentueux auteurs du roman graphique Révolution I : Liberté (Actes Sud, L’an 2, 2019, posface de Pierre Serna), prévu pour être une trilogie. Cette rencontre est l’occasion d’interroger un art de la « spatialité ». Révolution I, qui nous ouvre à une appréhension particulièrement suggestive des espaces révolutionnaires, illustre à sa manière le fait que la bande dessinée contemporaine investit fortement le travail sur les espaces réels, dont elle construit une archive imaginaire originale.

Rencontre animée par Florence Lotterie, Sophie Lucet et Olivier Ritz

Séance publique, ouverte à tou.te.s

Université de Paris – Site Paris-Diderot
5 rue Thomas Mann – 75013 ParisBibiliothèque Jacques Seebacher
Grands Moulins – Bâtiment A – 2e étage
Ligne 14 et RER C (station Bibliothèque)
Bus 89, 62, 64, 71… Tram 3b

« Coupez ! » Imaginaires de la décapitation au cinéma

Annonce de la prochaine séance du séminaire.
 
Jeudi 6 juin, de 14h à 16h

Bibliothèque Seebacher
Grands Moulins, escalier A, 2e étage
Université Paris Diderot, 5 rue Thomas Mann, 75013 Paris
 
Avec Diane Arnaud (MCF d’études cinématographiques, Paris-Diderot)

Être révolutionnaire, devenir révolutionnaire : vies et morts de la Révolution

Compte rendu de la séance du 15 décembre 2018

Invitée : Sophie Wahnich

La séance a été conçue comme une rencontre avec une interlocutrice privilégiée dans le cadre de cette saison consacrée aux « écrans de la Révolution », l’intitulé renvoyant à l’exploration des expressions cinématographiques du moment révolutionnaire, en raison d’une actualité dont nous avons déjà rendu compte par ailleurs (la sortie et la réception du film de Pierre Schoeller, Un peuple et son roi) – mais aussi à ce qui, dans le travail même des représentations, est susceptible de faire écran à l’événement et à la construction de notre relation à cet événement. Continuer la lecture de « Être révolutionnaire, devenir révolutionnaire : vies et morts de la Révolution »

Filmer la Révolution aujourd’hui : rencontre avec Pierre Schœller

Compte rendu de la séance du 22 octobre 2018

Invité : Pierre Schœller, auteur et réalisateur du film Un peuple et son roi.

Séance organisée avec le concours du Service culture de l’université Paris Diderot.

[Une première version de ce compte rendu a été publié sur le carnet de recherche Littérature et Révolution le 24 octobre 2018.]


L’amphithéâtre 4 C est bien rempli. Une bonne moitié du public a vu et aimé le film. Les autres pas encore. Pierre Schœller commence par une courte présentation. Il part de ce qui est fictionnel dans son film : la vie de l’atelier d’un verrier et des habitants de son immeuble. La Révolution est perçue à travers le ressenti des personnages, comme une initiation à la politique. La relation du peuple à la figure du roi évolue, avec un sentiment d’impunité qui s’empare de tout le monde, jusqu’à l’insurrection puis au procès et à l’exécution du roi, le 21 janvier 1793, dont Pierre Schœller dit avoir voulu restituer la densité et la complexité humaine.

Continuer la lecture de « Filmer la Révolution aujourd’hui : rencontre avec Pierre Schœller »

Pouvoirs de la littérature

Compte rendu de la séance du 15 juin 2018

 Avec Aude Déruelle, Jean-Marie Roulin et Corinne Saminadayar-Perrin

À propos de :

  • Les Romans de la Révolution, 1790-1812, dir. A. Déruelle et J.-M. Roulin, Paris, A. Colin, 2014.
  • Fictions de la Révolution, 1789-1812, dir. J.-M. Roulin et C. Saminadayar-Perrin, Rennes, PUR, 2018.

Continuer la lecture de « Pouvoirs de la littérature »

Enfers et Champs-Élysées

Compte rendu de la séance du 16 mars 2018.

Invités : Jessica Goodman (université d’Oxford, St Catherine’s College) et Michel Biard (université de Rouen) autour de leurs livres, Commemorating Mirabeau et La Révolution hantée.

Les imaginaires infernaux ont beaucoup inspiré les auteurs de la période révolutionnaire. Ils ont aussi inspiré nos deux invités pour les livres qu’ils ont publiés en 2017.

Continuer la lecture de « Enfers et Champs-Élysées »

IMAREV 18-21

La Révolution constitue une « passion française » par excellence, inscrite au coeur du roman national et cristallisant la plupart de ses grands partages idéologiques et politiques. En elle, on ne saurait dissocier les lieux d’affrontements historiographiques et de concurrences mémorielles, de ses mythes et images qui, élaborées depuis deux siècles par la littérature, les arts, et toutes les formes de discours médiatique, ne cessent d’en modifier la place et les enjeux dans l’espace public. Les grandes commémorations ont contribué à raviver la conflictualité interprétative, mais le Bicentenaire a aussi illustré de manière exemplaire la dynamique de construction d’un imaginaire par hybridations et recyclages, où jouèrent notamment ensemble univers plastique de la publicité et symbolique politique de la fête révolutionnaire. Et aujourd’hui ?

IMAREV est un séminaire de recherche organisé depuis 2016 à l’Université Paris-Diderot dans le cadre du CERILAC (EA4410 – Centre d’études et de recherches interdisciplinaires en Lettres, Arts et Cinéma) par Florence Lotterie, Sophie Lucet et Olivier Ritz. Il souhaite interroger la diversité des mémoires, retours et fantasmes de la Révolution dans une modernité qu’elle a elle-même ouverte. Il explore notamment l’actualité de la recherche littéraire sur la Révolution française, en lien avec d’autres champs disciplinaires.


Remarque sur les dates de publication : ce carnet de recherche a été créé le 25 février 2019. Pour publier dans le bon ordre les comptes rendus des séances du séminaire depuis sa création, nous avons modifié artificiellement leurs dates de publication, en les datant du jour où le séminaire s’est tenu. De la même manière, pour que ce texte de présentation reste le premier article, il a été daté du 14 juillet 2016.