7 juin : Robespierre/Saint-Just: maudite Histoire

Séminaire IMAREV, vendredi 7 juin à 16h

Deux grandes figures de la Révolution, deux histoires et beaucoup de légendes, deux livres récents et leurs deux auteurs pour en parler avec nous !

Rendez-vous à 16h le vendredi 7 juin, avec Marion Pouffary, autrice du livre Robespierre, monstre ou héros ? (Presses Universitaires du Septentrion, 2023) et Arnaud Maïsetti, auteur de Saint-Just & des poussières (L’Arbre vengeur, 2021).

Entrée libre.

Université Paris Cité
Bibliothèque Jacques-Seebacher
Grands Moulins, escalier A, deuxième étage
5 rue Thomas Mann, Paris 13e

Continuer la lecture de « 7 juin : Robespierre/Saint-Just: maudite Histoire »

4 avril 2024 : Colin Jones et la duchesse d’Elbeuf

« La correspondance contre-révolutionnaire d’Innocente-Catherine de Rougé, duchesse d’Elbeuf (1788-94) »

L’historien britannique Colin Jones, spécialiste de la France du 18e siècle et de la Révolution française, présentera l’édition de la correspondance d’Innocente-Catherine de Rougé, duchesse d’Elbeuf (Oxford University Studies in the Enlightenment, 2023) ainsi que le site consacré au projet.

Jeudi 4 avril 2024 à 17h 

Bibliothèque Jacques-Seebacher
Grands Moulins, escalier A, deuxième étage
5 rue Thomas Mann, Paris 13e

Entrée libre.

Le séminaire Imaginaires de la Révolution de 1789 à nos jours (IMAREV) est organisé par Florence Lotterie, Sophie Lucet et Olivier Ritz (Université Paris Cité, Cérilac). Cette séance organisée en partenariat avec François Zanetti (Université Paris Cité, ICT).

IMAREV : printemps 2024

Trois rendez-vous sont programmés entre mars et juin :

  • Jeudi 4 avril à 17h à la bibliothèque Jacques-Seebacher : Colin Jones, « La correspondance contre-révolutionnaire d’Innocente-Catherine de Rougé, duchesse d’Elbeuf (1788-94) ». Séance organisée en partenariat avec François Zanetti (Université Paris Cité, ICT).
  • Vendredi 7 juin à 16h à la bibliothèque Jacques-Seebacher : rencontre avec Marion Pouffary, autrice du livre Robespierre, monstre ou héros ? (Presses Universitaires du Septentrion, 2023) et Arnaud Maïsetti, auteur de Saint-Just & des poussières (L’Arbre vengeur, 2021).

Appel à contribution : Imaginer la Révolution française (1830-2024)

APPEL À CONTRIBUTIONS / CALL FOR PAPERS

INTERNATIONAL CONFERENCE/COLLOQUE INTERNATIONAL

Imaginer la Révolution française (1830-2024) :
faire de l’histoire sans être historien ?

Paris, 21-22 novembre 2024

« Je ne suis pas historien : je suis arrivé au 4 août en ne connaissant rien » (Bertrand Guillot)

« Le fond des cœurs est sans doute ragoût à irriter les historiens » (Joseph Andras)

Continuer la lecture de « Appel à contribution : Imaginer la Révolution française (1830-2024) »

Gallicagram : impressions de la Révolution

Gallicagram est un programme créé par Benjamin Azoulay et Benoît de Courson pour représenter graphiquement l’évolution au cours du temps de la fréquence d’apparition d’un ou plusieurs syntagmes dans les corpus numérisés de Gallica et de beaucoup d’autres bibliothèques. Que peut-on mesurer avec ce programme quand on l’applique à la Révolution française, c’est-à-dire aux imprimés de la période révolutionnaire et aux imprimés qui ont la Révolution pour objet depuis 1789?

Avec Benoît de Courson (Max Planck Institute – CSL),
et Clara de Courson (Sorbonne Université)

Vendredi 2 juin
de 16h à 18h

(Séance initialement prévue le 24 mars et reportée en raison des grèves.)

Université Paris Cité
Grands Moulins – escalier A – deuxième étage
Bibliothèque Jacques-Seebacher
5 rue Thomas Mann – 75013 Paris

Entrée libre: merci d’annoncer votre participation par courrier électronique à olivier.ritz@u-paris.fr

Cette séance de séminaire sera à la fois théorique et pratique: tout en s’interrogeant sur les mots de la Révolution et leur histoire, on découvrira les principales fonctions de l’application, que l’on pourra tester en direct pour répondre aux questions posées, et l’on s’intéressera aux effets produits par les choix de corpus et de paramétrage.

Pour préparer le séminaire, on peut tester Gallicagram et lire la notice et les articles de ses auteurs:

https://shiny.ens-paris-saclay.fr/app/gallicagram


Image à la une : capture d’écran de Gallicagram.

La Révolution au bac : de quoi Olympe de Gouges est-elle le nom ?

Compte rendu de la séance du vendredi 26 novembre, à l’Université de Paris, aux Grands Moulins, salle 682. Table ronde en compagnie d’Anne-Lise Rey (Nanterre Université) et Élise Pavy (Université de Bordeaux, IUF). Publié le 31 mars 2022.


Florence Lotterie a introduit la séance en rappelant le paradoxe d’Olympe de Gouges : on ne connaît qu’elle et pourtant son statut d’autrice et de penseuse n’est pas clairement identifié. La Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne est l’arbre qui cache la forêt. Autre difficulté : Olympe de Gouges semble plus difficile que d’autres à inscrire dans un groupe d’écrivains.


Anne-Lise Rey a présenté d’abord les projets de recherche qui l’ont amenée à étudier les textes d’Olympe de Gouges. Elle participe au projet Extending New Narratives in the History of Philosphie (Pour de nouveaux récits en histoire de la philosophie) dont l’objectif est de changer le canon de l’histoire de la philosophie en travaillant à la reconnaissance des textes invisibles, en particulier écrits par des femmes. Pour cela, il faut changer la focale en passant de la valorisation de la vie contemplative à la valorisation de la pratique et de l’action. Il ne s’agit pas de remplacer des héros par des héroïnes, mais plutôt de faire voir des collectifs de pensée. Il ne s’agit pas non plus d’écrire une histoire des femmes en tant que femmes, mais d’inclure les femmes dans une histoire commune où les textes sont pensés comme des interactions.

Continuer la lecture de « La Révolution au bac : de quoi Olympe de Gouges est-elle le nom ? »

Séance du 8 novembre 2019

Florent Groazel et Younn Locard, Révolution I : Liberté


L’invitation est le fruit d’une première rencontre en mars au colloque « La révolution en 3D » organisé en Sorbonne par Pierre Serna et Anne Simonin, et où IMAREV était venu présenter une « carte blanche »[1]. On a alors pris date pour une séance. Dans l’intervalle, le séminaire a choisi la question de la « mise en espace », de la spatialité révolutionnaire. La séance se déroule en partenariat avec la revue Orages, qui prépare un numéro sur les « explosions populaires », en présence de Sophie Marchand, co-directrice de ce prochain numéro avec Olivier Ritz[2]. Nos invités présentent ici le début d’une trilogie (1000 pages !). Le volume est déjà beaucoup primé. Les auteurs étaient très jeunes au moment du Bicentenaire : ils appartiennent à un autre temps, et dans leur génération, font avec quelques autres un peu exception dans leur intérêt pour la Révolution.

Continuer la lecture de « Séance du 8 novembre 2019 »

Programme 2019-20 : « Arts et écritures de l’espace révolutionnaire de 1789 à nos jours »

“Théâtre de la Porte-Saint-Martin – Thermidor, drame de M. V. Sardou : La Convention (Supplément du Petit Journal, 22 mars 1896)
Source: gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

Tout intéresse de ce lieu terrible.

Victor Hugo, Quatrevingt-treize (1872)

L’axe thématique de cette année constitue un préliminaire à un futur colloque/livre collectif consacré aux enjeux de la spatialité révolutionnaire dans les arts et la littérature. Des premières estampes de 89 au cinéma contemporain, de l’imagination gothique du Cimetière de la Madeleine de Regnault-Warin (1800) à la trilogie graphique en cours des auteurs de BD Grouazel et Locard, en passant par le théâtre, le roman, la scène des « musicals », l’esthétique du jeu vidéo, on souhaite explorer l’imaginaire des mises (ou remises) en espace(s) de la Révolution.

Il s’agira aussi bien de ses propres dispositifs symboliques et politiques, au premier rang desquels l’organisation des « lieux » de la parole publique, la fête, le théâtre, que des résonances complexes, dans la longue durée, de ces dispositifs : écriture de l’histoire, poétique des fictions, travail des images, mais aussi procédures commémoratives, reenactment inclus, qui relèvent aussi, en tant que formes du rappel de ce qui est passé, d’une opération historiographique. Ainsi, la « fin de siècle », des Goncourt à Sardou, en passant par le Musée Grévin, se caractérise-t-elle par la manie de la collection, des reconstitutions qui figent en tableaux spectaculaires et conjuratoires la geste révolutionnaire.

Configurer des itinéraires et des lieux symboliques, jouer de la puissance évocatoire de la nomination, raviver le mouvement ou au contraire figer une monumentalité : l’espace organisé fait voir, positionne, dynamise ou arrête, immerge ou tient à distance, mais aussi sélectionne, impose les cadrages et les échelles, distribue des vitesses relatives de déplacement, manifestant alors la pluralité des façons de vivre et de comprendre l’événement sous l’angle privilégié du sensible – pour refaire présence autrement.

Car l’histoire ne mesure-t-elle pas aussi l’absence ? Les espaces de la Révolution ont souvent un nom. La puissance évocatrice de ce nom est parfois si forte qu’il tient lieu d’un espace empêché (l’Assemblée nationale) ou disparu (la Bastille).  On nomme, on renomme, on évoque par la puissance d’un seul nom. Que reste-t-il des espaces sensibles dans cet univers saturé de noms ? La Bastille, les Menus Plaisirs, la salle du Manège, ne sont-ils pas d’abord des lieux disparus ? La question de l’espace renvoie aussi à cette dérobade : « Et la Révolution a pour monument… le vide. » (Michelet) – Formule mélancolique à laquelle ferait encore écho celle de Lenôtre : « L’histoire de la Révolution est borgne, car sa topographie reste à faire… Combien de fois, en parcourant les pages qu’ont inspirées à Michelet et à Lamartine les sombres journées de la Terreur, j’essayais de reconstituer en esprit, à l’aide de leurs narrations, la salle où siégeaient la Convention, les prisons, les Comités… Je me demandais : Comment était-ce ? » (Paris révolutionnaire, 1904)

Calendrier

8 novembre : 1789 en BD : Révolution 1, de Grouazel et Locard (en présence des auteurs)

14 février : On parlera Théâtre et cinéma, de la fin de siècle à l’après-guerre (Sophie Lucet et François Huzar)

13 mars : Il sera question des espaces parlementaires, assemblées révolutionnaires (Hélène Parent et Patrick Brasart)

29 mai : On reviendra avec des spécialistes sur la scène révolutionnaire (Pierre Frantz et Thibaut Julian)

Pouvoirs de la littérature

Compte rendu de la séance du 15 juin 2018

 Avec Aude Déruelle, Jean-Marie Roulin et Corinne Saminadayar-Perrin

À propos de :

  • Les Romans de la Révolution, 1790-1812, dir. A. Déruelle et J.-M. Roulin, Paris, A. Colin, 2014.
  • Fictions de la Révolution, 1789-1812, dir. J.-M. Roulin et C. Saminadayar-Perrin, Rennes, PUR, 2018.

Continuer la lecture de « Pouvoirs de la littérature »

IMAREV 18-21

La Révolution constitue une « passion française » par excellence, inscrite au coeur du roman national et cristallisant la plupart de ses grands partages idéologiques et politiques. En elle, on ne saurait dissocier les lieux d’affrontements historiographiques et de concurrences mémorielles, de ses mythes et images qui, élaborées depuis deux siècles par la littérature, les arts, et toutes les formes de discours médiatique, ne cessent d’en modifier la place et les enjeux dans l’espace public. Les grandes commémorations ont contribué à raviver la conflictualité interprétative, mais le Bicentenaire a aussi illustré de manière exemplaire la dynamique de construction d’un imaginaire par hybridations et recyclages, où jouèrent notamment ensemble univers plastique de la publicité et symbolique politique de la fête révolutionnaire. Et aujourd’hui ?

IMAREV est un séminaire de recherche organisé depuis 2016 à l’Université Paris-Diderot dans le cadre du CERILAC (EA4410 – Centre d’études et de recherches interdisciplinaires en Lettres, Arts et Cinéma) par Florence Lotterie, Sophie Lucet et Olivier Ritz. Il souhaite interroger la diversité des mémoires, retours et fantasmes de la Révolution dans une modernité qu’elle a elle-même ouverte. Il explore notamment l’actualité de la recherche littéraire sur la Révolution française, en lien avec d’autres champs disciplinaires.


Remarque sur les dates de publication : ce carnet de recherche a été créé le 25 février 2019. Pour publier dans le bon ordre les comptes rendus des séances du séminaire depuis sa création, nous avons modifié artificiellement leurs dates de publication, en les datant du jour où le séminaire s’est tenu. De la même manière, pour que ce texte de présentation reste le premier article, il a été daté du 14 juillet 2016.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search