Séance du 8 novembre 2019

Florent Groazel et Younn Locard, Révolution I : Liberté


L’invitation est le fruit d’une première rencontre en mars au colloque « La révolution en 3D » organisé en Sorbonne par Pierre Serna et Anne Simonin, et où IMAREV était venu présenter une « carte blanche »[1]. On a alors pris date pour une séance. Dans l’intervalle, le séminaire a choisi la question de la « mise en espace », de la spatialité révolutionnaire. La séance se déroule en partenariat avec la revue Orages, qui prépare un numéro sur les « explosions populaires », en présence de Sophie Marchand, co-directrice de ce prochain numéro avec Olivier Ritz[2]. Nos invités présentent ici le début d’une trilogie (1000 pages !). Le volume est déjà beaucoup primé. Les auteurs étaient très jeunes au moment du Bicentenaire : ils appartiennent à un autre temps, et dans leur génération, font avec quelques autres un peu exception dans leur intérêt pour la Révolution.


« Un autre imaginaire »

IMAREV : Comment en vient-on à écrire et dessiner plus de 300 pages sur un tel objet ?

FG : le partenariat de travail existe depuis longtemps et se caractérise par une co-production du texte et du dessin, cas de figure assez peu fréquent. Pour une entreprise aussi ambitieuse, être deux semblait de toute façon indispensable. Le lancement a assumé sa naïveté initiale : les auteurs ne sont pas historiens et la Révolution a au contraire été découverte et documentée à partir du travail de BD. Petit à petit, le côté caricatural de leur vision initiale leur est apparu et il a fallu un temps de déconstruction de leurs propres représentations.

YL : Leur génération a été enseignée à partir des célébrations du Bicentenaire, et en particulier de bandes dessinées pensées pour l’occasion, dans un cadre institutionnel. Il cite notamment celle des éditions Atlas, qui enfile grands moments, grands personnages (masculins évidemment), têtes coupées et chromatisme bleu-blanc-rouge. C’était là le vernis à gratter, le côté « film en costumes » à faire disparaître. Sans parler du caractère orienté de la vision du peuple.

De là, la recherche d’un « autre imaginaire », la réactivation d’une imagination politique susceptible de dire qu’un changement radical est possible. Il s’agissait de parler d’aujourd’hui et de ses attentes politiques, tout en renonçant au romantisme initial de la vision.

FG : C’est une histoire d’un mouvement révolutionnaire, mais sa mémoire est portée par l’Etat. Il y a au contraire une histoire libertaire et en marge de la Commune. Un enjeu était ce déplacement du discours. Et toutes ces questions sont venues à partir d’une ignorance de l’événement. Mais la spécialisation progressive démystifie aussi la Révolution… et c’est aussi un écueil, du moins une difficulté dialectique.

IMAREV : Il faut revenir sur un aspect esthétique. Les auteurs sortent de la même école d’art. Leur éditeur (l’An 2) manifeste un type d’engagement spécifique dans ses choix esthétiques. Sur leur travail artistique, quels héritages et quelles résonances dans le travail d’autres auteurs ?

FG : Etre deux suppose une culture assez proche, mais tout de même avec des différences (qui se voient quand ils travaillent séparément). Il faut trouver les voies d’une harmonisation, notamment graphique, mais ils assument une forme de liberté informelle, qui passe notamment par le carnet de croquis, d’observation : à la fois, l’outil garantit le passage par la documentation et une vraie liberté.

YL : une transformation majeure est passée avec Sfar ou Blain, qui sont bien des inspirations, en ce qu’ils permettent de représenter des lieux et des temps historiques mais avec des modes d’actualisation nouveaux. Il ne s’agit bien sûr pas de raconter aujourd’hui « en costumes », mais plutôt l’inverse : de faire émerger le présent dans l’épaisseur historique.

Le dessin, de ce point de vue, soutient la souplesse extrême de la narration.

SL rebondit sur la dimension romanesque : la BD emprunte à des traits de fiction typiques (les jumeaux, par exemple, qui font penser au Balzac d’une Ténébreuse affaire et à un motif des romans de la période post-révolutionnaire – cela permet de manifester un désaccord idéologique et politique – et les deux sœurs, Laigret le conspirationniste). FG (qui a un jumeau) : la structure s’est tout de suite voulu chorale, sans héros spécifique (rejoignant ainsi le protagonisme historique et l’histoire sans noms de Michelet). Il s’agissait donc, avec des personnages référentiels (Kervélégan le député du club breton), de les choisir de second plan, pour laisser sa place à la fiction.

FL : de fait, la fiction se désigne à partir d’une proximité malicieuse (différence dans le même) avec le référent (ex. Nathaniel Pym, clin d’œil à Arthur Gordon).

SL attire l’attention sur les vignettes du chapitrage : métiers, costumes, cris de Paris, figure de l’esclave : autant d’attention à la vie quotidienne et aux figures subalternes. FG : il faut évidemment montrer le cadre de vie des gens. Cela répond à un choix de mise en scène : rien ne dit jamais clairement où on est, à quelle date et quelle heure. Il s’agit de montrer l’action du point de vue du présent, sans soutien de « texte off ». Les éclairages de ces vignettes se veulent donc synthétiques, mais supplémentent ce choix.

YL : faire passer ce qui appartient au « paysage mental » des gens. Ainsi des colonies.

Ces éléments textuels sont donc là pour éviter le didactisme dans l’album et l’action.

Espaces hybridés

IMAREV : le carnet de croquis permet notamment d’étudier les gestes, postures, démarches : dans le personnage fictif du jumeau Abel Kervélégan, une caractérisation précise et psychologique intervient, avec lui, elle est poussée tout particulièrement. C’est que le personnage s’inspire d’un proche des auteurs, qui se confrontent à ce réel mouvant d’un être vivant, interdisant de construire graphiquement un personnage-type aisément reproductible.

Le rapport au réel passe aussi par la documentation : ainsi, la case sur les bains chinois s’inspire directement d’une gravure connue du temps. Le Musée Carnavalet possède une maquette du quartier des Bains chinois.

La BD s’intéresse beaucoup à ces lieux-décors, nombreux dans le Paris du XVIIIe siècle, qui sont aussi des lieux de promenade, d’attraction, de fête et de commerce. D’où aussi l’intérêt graphique pour le Palais-Royal et son ancien cirque. C’est le côté « XVIIIe siècle Las Vegas », d’un Paris spectaculaire de décor qui confère aussi leur esthétique à la gestuelle des personnages. Ainsi d’Abel, qui retrouve les postures et démarches telles qu’impliquées dans les gravures et les dessins du temps. Il faut ainsi pouvoir restituer l’ensemble des conditions de la pose et du déplacement, qui dépend d’une quantité de facteurs, y compris leur habit, leur chaussage.

IMAREV : la reconstitution de Paris s’est-elle intéressée aux lieux actuels du Paris révolutionnaire (une expérience physique de l’espace, donc) ? De même, quelle articulation aux lectures documentaires ?

Les auteurs se sont effectivement promenés et ont découvert un Paris très différent de celui qu’ils connaissaient ou imaginaient. Dans cette expérience, le fait même que le lieu du passé manque autorise sa résurgence quand on s’y trouve : ainsi, quand Marie descend dans des souterrains de la Tombe-Issoire, ce lieu est-il apparu aux auteurs entrant dans le « Carrefour market » du quartier, à l’emplacement même de ce moment de l’action.

SL : sur le Paris réel et imaginaire : quand Marie est confiée à la Salpêtrière, elle s’échappe, mais là où elle sort, on a le sentiment que c’est plutôt vers le quartier Saint-Michel. La BD donne ainsi le sentiment d’une hybridation des espaces (p. 251). YL : Marie, assez « gothique », est posée dans des espaces qui sont eux-mêmes « gothiques ». Ce premier tome est d’un romanesque assumé (il fait ainsi sauter la barrière d’Enfer, ce qui n’est pas conforme à l’histoire). OR rappelle toutefois que la BD permet de rétablir l’importance de l’incendie des barrières. La consultation de l’historien Pierre Serna a permis d’insister sur ce point qui est devenu central dans l’historiographie.

Ce premier volume est celui de l’architecture d’Ancien Régime.

Mais d’autres questions se posent pour les tomes à venir. Ainsi, qui peut être présenté comme incarnant la Révolution à tel moment de son processus ? Comment figurer cela ? Le suivi des personnages est fondamental. Ainsi, Marie est la misérable par excellence, et elle disparaît parfois, comme noyée dans la narration. Comment la « garder » ?

Quel peuple ?

La scène de Desnot (qui est ici inventée) et De Launay est très importante. L’attention à cette scène montre qu’il ne s’agit pas d’une foule en colère tout uniment. Il y a un acte choisi et assez méthodique, mais ressenti comme transgressif. De même, dans l’épisode du coupeur de tête « à longue barbe » les 5-6 octobre raconté par Michelet, on voit la gêne des spectateurs. Là encore, ce focus se tient du côté de la vision du « protagonisme » (H. Burstin est une des lectures des auteurs).

IMAREV : la question de la représentation du « peuple » se pose à partir de l’épisode à l’Assemblée au moment de la prise de la Bastille. On pense alors à Pommerat. Le discours rapporté a souvent été cité : c’est celui de l’extrême « fermentation » du peuple. Comment la BD a-t-elle voulu manifester cette fermentation ? Quel est le sens du choix de cases très saturées par la multitude, plutôt que par des figures isolées, ou peu nombreuses ?

Le choix chromatique, par exemple, manifeste le magma en fusion, au bord de l’explosion. Qu’est-ce qui fait passer de la tension à l’explosion ? Cela passe par une série de personnages-relais, comme Joseph le Fort de la Halle ou Reine Audu. Cela dit, s’ils n’étaient pas là, l’insurrection aurait lieu. La question de ce passage ne s’est en fait pas tellement posée : cela relève de l’explicitation historique.

La foule comporte surtout un potentiel de multiples histoires, qui peuvent d’ailleurs rester muettes (peu de textes) : ainsi du suivi de la petite Louise dans cette foule.

L’expérience de foule permet aussi de manifester la vision partielle, en attente, au présent, de chacun : ils n’entendent pas forcément bien, ne voient pas tout, se demandent ce qui se passe, sont entraînés malgré eux, etc. Mais c’est précisément cette expression de la diversité des expériences (pas d’unanimité à la Michelet) qui donne à voir l’énergie du mouvement collectif.

IMAREV : Quelle est l’inspiration contemporaine ? Les auteurs indiquent que la place de l’Hôtel de Ville fait écho aux « révolutions des places », en Egypte ou en Ukraine. L’intérêt pour les modes d’auto-organisation de la multitude, assez faible chez un Michelet, est plutôt un trait d’historiographie d’aujourd’hui.

Entre les arts 

IMAREV : La dimension cinématographique est assez frappante. Arlette Farge jugeait que le cinéma est l’art qui met au présent, permet de voir l’événement dans le moment de sa production et de sa surprise, déjoue la rétrospection téléologique.

Les auteurs se disent peu inspirés par les films, même si leur découverte de La Marseillaise a été enthousiasmante. Cela dit, un auteur de BD réfléchit par place de point de vue, cadrage, changements d’échelle de plan… Le luxe de la BD, c’est d’avoir des moyens de mise en scène sans argent : alors que le cinéma, on le voit avec le film de Schoeller, est confronté à des limites, en particulier en termes de figurants.

Pour les auteurs, la BD est au fond idéale pour montrer la ville, les déplacements, les décors, les émotions, etc., mais pas du tout les débats d’assemblée : cela est peut-être plus l’affaire du théâtre. Il y a notamment un problème de saturation par le texte ! Le media BD est donc particulièrement adapté à une appréhension dynamique des espaces. Ainsi qu’à la Révolution, événement-monstre, car problème de durée (Pommerat c’est 4h, Schoeller n’a pas eu assez en 2h…).

Et de plus, le travail graphique rencontre celui des graveurs du temps, qu’il suffirait parfois presque de coloriser pour obtenir un résultat tel qu’espéré. Les auteurs avouent d’ailleurs une curiosité particulière pour ces graveurs, imaginant de peut-être les mettre en scène…

Et maintenant ?

On attend les deux tomes suivants, alors que Pommerat renonce à poursuivre, ainsi que Schoeller. Le soutien du CNL et la reconnaissance en termes commerciaux en donne les moyens. Volume II : janvier 91-automne 92. L’ellipse relève de l’enchaînement narratif propre à la série. Les choix graphiques changeront sans doute : il y a un autre climat. Mais les doubles pages en tableau sont constitutives de l’entreprise, ne serait-ce que parce qu’elles peuvent aussi faire signe vers les représentations figées, attendues, comme cette reprise de la fameuse Liberté guidant le peuple, en effet ironique (d’autant qu’elle suit le regard sidéré du personnage d’Abel – la plasticité de ce personnage est d’ailleurs un outil utile pour la suite, pour travailler la diversité des rapports à la Révolution et ses orientations politiques, et donner à percevoir la complexité des trajectoires dans la période). Ainsi, les personnages, dans cette perspective chorale, sont eux-mêmes choraux.

Il s’agit aussi de déjouer toute perspective « judiciaire » : ce qui est intéressant, c’est de voir comment on s’adapte, comment on se retrouve à des places non prévues.

Questions de la salle 

  • Quelle place didactique de la BD dans l’enseignement de l’histoire à l’école ? Les auteurs sont sensibles surtout à la fiabilité nécessaire de leur discours, mais n’ont pas a priori cet horizon. Ils ont constaté qu’au niveau de l’école élémentaire, la BD est une médiation sans doute trop complexe pour la Révolution. De plus, ils restent réticents devant le discours d’instrumentalisation des institutions ministérielles : la BD n’est pas à valoriser uniquement pour son utilité pédagogique potentielle.
  • Comment les auteurs font-ils la différence avec le moment du Bicentenaire dans la perception de la Révolution ? Ils se disent frappés par l’absence de consensus sur la période. Ils évoquent aussi la dimension très anti-révolutionnaire de fictions et de productions culturelles actuelles. Le tout, dans un contexte où le discours politique convoque volontiers l’idée que les Français sont symboliquement en quête du roi.
  • Mais depuis un an, des événements protestataires rebattent les cartes…

[1] http://www.ihmc.ens.fr/colloque-revolution-3d.html

[2] http://orages.eu/


Auteur/autrice : Florence Lotterie

Professeur de littérature française du XVIIIe siècle à Université de Paris, spécialiste du tournant des Lumières, du Groupe de Coppet, des rapports entre roman et philosophie à l'âge des Lumières, de l'historiographie philosophique du XVIIIe siècle et des approches de genre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search