« Coupez ! » Imaginaires de la décapitation au cinéma

Annonce de la prochaine séance du séminaire.
 
Jeudi 6 juin, de 14h à 16h

Bibliothèque Seebacher
Grands Moulins, escalier A, 2e étage
Université Paris Diderot, 5 rue Thomas Mann, 75013 Paris
 
Avec Diane Arnaud (MCF d’études cinématographiques, Paris-Diderot)

Le récent film de Pierre Schoeller, Un peuple et son roi, auquel IMAREV s’est intéressé au cours de l’automne, se signale notamment à la mémoire du spectateur par deux scènes d’acmé : l’une, constituée par un cauchemar du souverain, figure le destin de la race des Bourbons par le balancier angoissant d’une hache, l’autre est le moment, presque hypnotique, de l’exécution de Louis XVI, qui offre un traitement du corps du roi moins vu qu’on ne pourrait le penser au cinéma dans les films consacrés à la Révolution. Nous proposons de revenir sur cet imaginaire insistant, documenté par les littéraires et les historiens, mais aussi les spécialistes de cinéma, dont notre invitée, Diane Arnaud (MCF d’études cinématographiques, Paris-Diderot). Dans la tension entre défilement et arrêt sur image, quel pouvoir de choc et de sidération ?

* Voir notamment Raymond Bellour, Mademoiselle guillotine. Cagliostro, Dumas, Oedipe et la Révolution française (La Différence, 1989) ; Daniel Arasse, La Guillotine et l’imaginaire de la Terreur (Flammarion, 1988) ; Annie Duprat, Le Roi décapité. Essai sur les imaginaires politiques (Cerf, 1992); Patrick Wald Lasowski, Les Échafauds du romanesque (PU de Lille, 1991). Signalons aussi, dans la fiction la plus contemporaine, le récit de Christophe Bigot, Autoportrait à la guillotine (Stock, 2018).
 
Image à la une : Trauma de Dario Argento, 1993, capture d’écran.

Une réflexion sur « « Coupez ! » Imaginaires de la décapitation au cinéma »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.