Pouvoirs de la littérature

Compte rendu de la séance du 15 juin 2018

 Avec Aude Déruelle, Jean-Marie Roulin et Corinne Saminadayar-Perrin

À propos de :

  • Les Romans de la Révolution, 1790-1812, dir. A. Déruelle et J.-M. Roulin, Paris, A. Colin, 2014.
  • Fictions de la Révolution, 1789-1812, dir. J.-M. Roulin et C. Saminadayar-Perrin, Rennes, PUR, 2018.

Reconfigurer l’expérience du temps

Au début de l’entreprise des Romans de la Révolution, sa promotrice, Aude Déruelle, envisageait la question des détours de la fiction : détour géographique (grands romans de l’Ouest) ou chronologique (des superpositions d’époque : parler de la Révolution à partir de la Saint-Barthélemy, par exemple). Au 19e siècle, point n’est besoin de « raconter » la Révolution ; le motif d’une décapitation y est clairement associé par le lecteur du temps.
Le travail a alors pris la mesure de la massivité du corpus romanesque (le livre contient 10 pages serrées de corpus).

La question du regard littéraire ou historien s’est posée : le problème du temps leur est commun. D’une certaine façon, pour Michelet, le temps a « péri » avec la Révolution : « ni siècles, ni années, ni mois », l’humanité se trouvant comme libérée du temps, dans la disponibilité pour inventer du nouveau. Les écrivains répercutent cette expérience, comme Chateaubriand, dans le sentiment d’être emporté dans le tourbillon du temps (exemple générationnel, car ce sentiment est exprimé par d’autres). On peut repartir de Ricoeur, pour qui c’est la fiction et sa mise en récit qui configurent l’expérience du temps. Comment la fiction la prend-elle en charge ?

A. Deruelle évoque ici spécifiquement le roman. Erckmann-Chatrian commence un roman par l’évocation du cycle des saisons et de ces hivers froids qui n’existent plus (on peut songer au chapitre de Starobinski, inversement, sur le gel de 1788 et le lien avec la catastrophe climatique). Eugène Sue, Les Mystères du peuple, offre un exemple intéressant au moment où on arrive à la Révolution (4 tomes sur les 16). Le roman peut décaler les dates (tourner autour des grandes dates, mais pas y inscrire ses événements). Il y a aussi des dates qui changent de valeur politique, si bien que le 21 janvier, deuil national sous la Restauration, n’a plus la même présence que sous la Monarchie de Juillet, par exemple. Mais quel rôle peuvent alors jouer, pour le lecteur, les mémoires de la révolution qu’on lit alors beaucoup ? La question est posée.

La Révolution déterritorialisée

Jean-Marie Roulin souligne le fait que l’objet de la séance est aussi l’enjeu de la spécificité des approches littéraires. On ajoutera ici que l’autre enjeu est la découpe périodique : la Révolution « littéraire » s’envisage aussi à partir d’une dissolution des frontières séculaires, ou au contraire, peut insister sur la rupture de 89. La question des corpus est en jeu aussi : les mémoires intéressent aussi bien les historiens (Anna Karla) que les littéraires (D. Zanone, A. Coudreuse). Il y a des porosités que les historiens reconnaissent plus ou moins. Enfin, il y a la notion plastique d’imaginaire : la guillotine (Arasse), Corday (Mazeau), le roi décapité comme « imaginaire politique » (A. Duprat)…
Deux volets sont explorés : la question des registres romanesques, celle de la révolution « déterritorialisée ».

Dans le volume, J.-M. Roulin s’est surtout penché sur les opérateurs de fictionnalisation. La « fiction », c’est d’abord la fabrique, le façonnage de l’objet, son architecture. Les registres y participent. Les lectures documentaires des historiens ne sont qu’en partie celles des littéraires, attentifs à la fabrique d’une esthétique. D’ailleurs, cela peut échapper même à la transitivité du politique et en particulier à la quête permanente de causes/conséquences, du type présence du trauma dans les scénarios littéraires comme attestant forcément de la présence de l’histoire.

Les registres ont été un sujet qui a eu peine à s’imposer dans l’équipe du livre. Par là, J.-M. Roulin entend des modalités de perception du monde, engageant des émotions et des expériences existentielles : ainsi du tragique (l’individu broyé par le collectif, ou aveuglé par l’impossibilité de voir et lire le monde transformé).
Il y a des historiens attentifs au régime des émotions, comme G. Mazeau ou S. Wahnich. Ceci est un point de croisement.
Enfin, il faut souligner l’élaboration active des fictions. La « fiction » renvoie ici aux œuvres d’imagination au sens large. Jocelyn de Lamartine comme illustration : forme hybride, poème sous-titré « journal », mais aussi narratif.
J.-M. Roulin renvoie à Genette sur le rapport entre fiction et littérarité, mais la fiction doit-elle être entendue comme « catégorie littéraire » seulement ? Les contributions du volume trahissent plutôt la plasticité et une série d’ouvertures (comme celle de Stéphanie Genand sur la fiction chez Staël, par exemple).

Comment se construisent des « imaginaires » ? Le texte de Lamartine en donne un peu l’idée : le soldat laboureur, l’Angelus « républicanisé ». Ce point renvoie au débat politique autour du tableau de Millet en 1889 : on pourrait alors poser la question de l’extension de la fiction à autre chose que les textes, à l’iconographie, la peinture, etc. La conclusion du volume évoque ainsi le cinéma.
La notion d’imaginaire pourrait être empruntée à Castoriadis ; elle ne doit pas se confondre avec le mythique (voir le récent livre de Wahnich, dont il sera question dans une autre séance du séminaire[1]) au sens où l’imaginaire est « instituant », il a une effectivité. Inversement, les institutions sociales ne se comprennent pas sans imaginaires ; il ne convient pas de distinguer monde matériel de l’infrastructure et monde imaginaire de la superstructure comme une certaine vulgate marxiste peut le faire. La littérature est un de ces lieux productifs d’élaboration du symbolique.

Le roman exhibe le travail du mythe

Corinne Saminadayar prend la suite, pour souligner que les deux ouvrages ont transformé la perception d’un corpus. Que se passe-t-il, dans la représentation et l’idéologie, quand un roman se construit sur fond de réseaux intertextuels ? C’est une autre façon de poser la question de l’élaboration d’un imaginaire et d’en marquer une sorte d’autonomie littéraire du travail de représentation.
Elle propose d’illustrer son propos à partir d’un roman tardif, Sous la hache d’Elémir Bourges (1883), écrit à un moment de débat, en particulier à l’horizon du Centenaire. L’intertextualité, forte, est amplifiée par la circulation trans-médiatique (par exemple, les adaptations à la scène des romans). Les scansions idéologiques fortes du siècle permettent aussi de relancer et structurer le débat.
C. Saminadayar propose un exposé en trois temps.

1/ La mise en débat du discours républicain : Le lien à Hugo (Quatre vingt treize) : Bourges « pousse » des virtualités du roman hugolien, mais surtout relance des images et motifs (le cou rouge serré par une ficelle, par exemple*). La reprise suppose ici une inflexion pessimiste du roman hugolien. La description de la guillotine démystifie la machine chez Hugo et son sublime de la hauteur par le détail (l’échafaud a ainsi 8 marches au lieu des 10 « réglementaires »). *La description fait penser aux « bals à la victime » autour de 1800, motif obsédant.
2/ Exploration des emprunts à Salammbo pour reconfigurer une « révolution anthropophage ». C’est un lieu commun du discours colonialiste des années 1880 (on justifie chaque conquête par la nécessité de faire reculer le cannibalisme).
3/ Radicalisation des interrogations sur la violence révolutionnaire, ni symbolique, ni mystique, mais prise au pied de la lettre. Chez Bourges comme chez Flaubert, on a le supplice de la crucifixion, qui marque le vide de la transcendance et l’absurdité du supplice. La rentabilité de la violence et la rationalité de l’histoire sont récusées.

Ainsi, le roman « exhibe le travail du mythe », le feuilleté fictionnel, par le jeu intertextuel : pas de mimesis ni d’effet de réel.

Discussion

Florence Lotterie se demande comment définir le travail du mythe par rapport à la question proprement politique : travailler le mythe, est-ce travailler (sur) le politique ? Pour C. Saminadayar, la littérature a une fonction de distanciation et de problématisation. Les images sont des boîtes à outils, qui peuvent se charger ou se polariser de diverses manières. Elles ont une potentialité mythique, mais ne sont pas des mythes. Le montage d’un dispositif mythique n’est pas incompatible avec un souci référentiel d’interrogation sur le passé révolutionnaire.

Se pose aussi la question de connaître la situation du marché de l’édition, l’histoire du livre, de ses fortunes, de sa diffusion. Est-ce un travail de littéraire ? Corinne Saminadayar le pense. Jean-Marie Roulin rappelle qu’il faut donner leur juste poids aux œuvres. Ainsi, Les Chouans ont une réception limitée et pourtant, on leur donne une grande place. Il suggère de s’intéresser à d’autres coupes, en se saisissant de « moments » qui dessinent et polarisent un débat, par exemple.

Olivier Ritz note que les historiens contemporains tentent de remettre au présent la Révolution, avec la replongée dans les archives, la confiance dans le document. Les littéraires auraient-ils un rapport plus « feuilleté » avec ce passé ? Ne perçoivent-ils pas la Révolution forcément comme passée au crible et par les écrans divers de modèles ?

Maxime Triquenaux suggère que le feuilletage est aussi en amont : les œuvres de la période s’inscrivent aussi dans un travail de l’imaginaire. Le moment révolutionnaire s’est saisi d’images, de symboles alors disponibles. Ainsi, le Voyage du jeune Anarchasis (1788) qui a un énorme succès, contribue à réactiver tout un vocabulaire antique.

Aude Déruelle revient sur la question de la rationalité : quel type de rationalité de l’événement les fictions construisent-elles ? F. Lotterie note que le moment correspond aussi à la naissance de ce qui s’appellera la psychiatrie. La fiction entre dans cet univers (visite à l’asile, moments expérimentateurs, mise en scène de figures médicales). M. Delon ajoute que c’est aussi l’époque où le fou n’est plus « en dehors ». Il souligne aussi que le classement des fictions suppose de regarder la durée de l’intrigue. Si le roman est sur un temps long, il prend en charge la possibilité de faire surgir l’explication, l’effort de rationalisation.

La discussion se clôt sur l’évocation de la place du cinéma, que le volume Fictions de la Révolution n’a pas tellement pris en charge. La saison 2018-2019 d’IMAREV se penchera sur cette question.

 

Image : « Le cabaret de la rue du Paon », Illustration pour Quatrevingt treize dans l’édition Hugues (1876-1897), Maison de Victor Hugo-Hauteville House. Tous droits réservés.

[1] Séance du 15 décembre 2018


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.