La Révolution au bac : de quoi Olympe de Gouges est-elle le nom ?

Compte rendu de la séance du vendredi 26 novembre, à l’Université de Paris, aux Grands Moulins, salle 682. Table ronde en compagnie d’Anne-Lise Rey (Nanterre Université) et Élise Pavy (Université de Bordeaux, IUF). Publié le 31 mars 2022.


Florence Lotterie a introduit la séance en rappelant le paradoxe d’Olympe de Gouges : on ne connaît qu’elle et pourtant son statut d’autrice et de penseuse n’est pas clairement identifié. La Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne est l’arbre qui cache la forêt. Autre difficulté : Olympe de Gouges semble plus difficile que d’autres à inscrire dans un groupe d’écrivains.


Anne-Lise Rey a présenté d’abord les projets de recherche qui l’ont amenée à étudier les textes d’Olympe de Gouges. Elle participe au projet Extending New Narratives in the History of Philosphie (Pour de nouveaux récits en histoire de la philosophie) dont l’objectif est de changer le canon de l’histoire de la philosophie en travaillant à la reconnaissance des textes invisibles, en particulier écrits par des femmes. Pour cela, il faut changer la focale en passant de la valorisation de la vie contemplative à la valorisation de la pratique et de l’action. Il ne s’agit pas de remplacer des héros par des héroïnes, mais plutôt de faire voir des collectifs de pensée. Il ne s’agit pas non plus d’écrire une histoire des femmes en tant que femmes, mais d’inclure les femmes dans une histoire commune où les textes sont pensés comme des interactions.

Dans sa présentation, Anne-Lise Rey s’est notamment arrêtée à la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne. On a souvent présenté ce texte comme une extension de la Déclaration des droits de l’homme, mais son enjeu est au contraire le passage de l’universel abstrait à l’universel concret. La Déclaration de Gouges a une dimension subversive puisqu’elle conduit à penser que la catégorie d’universel telle qu’elle est posée par l’Assemblée nationale ne tient pas. Avec le texte d’Olympe de Gouges, on passe du masque de l’universel à l’exigence d’universalité.

Anne-Lise Rey a ensuite parlé des rapports d’Olympe de Gouges à Jean-Jacques Rousseau. L’auteur d’Émile est un interlocuteur problématique, pour qui l’éducation des femmes est entièrement orientée par les attentes des hommes : Sophie doit apprendre à plaire. Mais Gouges s’inspire de Rousseau et corrige sa position en proposant une réinterprétation. Elle montre dans ses textes ce qu’il aurait pu écrire avec un regard décentré.

Comment Olympe de Gouges élabore-t-elle une identité civique pour les femmes ? Pour Anne-Lise Rey, c’est par la remise en cause de la séparation entre la sphère domestique et la sphère publique. La sphère domestique n’est pas neutre : il faut changer le mariage pour que la femme puisse être une citoyenne. Les droits revendiqués par Olympe de Gouges sont à la fois théoriques et pratiques. Des dispositions spécifiques de la Déclaration renvoient à des situations concrètes d’inégalité, notamment quand Gouges défend l’autonomie financière des femmes et qu’elle revendique le droit de faire connaître le père d’un enfant illégitime. La conception de l’universalité portée par Olympe de Gouges intègre la différence parce qu’elle repose sur la conscience d’une prise en compte du sujet.


Élise Pavy-Guilbert a commencé par parler du style d’Olympe de Gouges. Celle-ci ne cesse d’insister sur ses fautes. Dans ses affiches, elle imite et relaie une langue orale. Elle revendique ainsi un style qu’elle présente comme la preuve de sa force d’âme et de sa franchise. Elle affirme par cette manière d’écrire la vérité et l’utilité de ses écrits. Ce style est aussi caractérisé par sa dimension judiciaire. Les textes de Gouges abondent en professions de foi et en serments. Il est aussi remarquable par une radicalité qui invite à reprendre pour Gouges l’expression « extrême centre » : la radicalité de l’expression est mise au service d’idées modérées.

Olympe de Gouges s’est façonnée elle-même, dit ensuite Élise Pavy-Guilbert. Renvoyant à un article de Gregory Brown et aux travaux de Judith Butler, elle insiste sur le rôle de l’humour et sur l’importance des procédés de mise à distance dans l’écriture passionnelle d’Olympe de Gouges. Elle remarque qu’Olympe de Gouges réécrit sans cesse les mêmes anecdotes, à la manière de Louis Sébastien Mercier. Tout finit par le rire, sur le mode d’une désillusion comique, même la Déclaration qui s’achève par le récit d’une dispute entre Olympe de Gouges et un cocher. D’autre part, Gouges dissémine les références littéraires dans son œuvre. Elle entrelace ainsi langue savante, langue populaire et langue politique.

Dans la troisième partie de sa présentation, Élise Pavy-Guilbert s’est intéressée aux affiches d’Olympe de Gouges et à leur poétique. Ces affiches frappent par leurs couleurs vives et par leur composition typographique. L’utilisation de la couleur était obligatoire depuis juillet 1791, mais il y a sans doute des liens à faire entre les couleurs choisies et le contenu des affiches. Les néologismes propres à la « langue régénérée » de la Révolution y sont nombreux. Gouges s’y représente en héroïne et y magnifie la violence.

Élise Pavy-Guilbert rappelle pour finir qu’Olympe de Gouges est morte en femme de lettres. Mais avec elle, comme avec Mercier et d’autres, c’est la langue du monde s’oppose à la langue de la cour et la littérature par en bas devient la littérature elle-même. La production imprimée connaît une mutation sans précédent au moment de la Révolution, avec une vague de publications éphémères comme les affiches. Olympe de Gouges participe pleinement à ce moment démocratique qui invite à redéfinir le littéraire et son canon.


Il est difficile de rendre compte de la longue discussion qui a suivi ces deux interventions. Olivier Ritz s’est interrogé sur l’organisation de l’affichage. Élise Pavy-Guilbert a invité à se référer aux travaux de Laurent Cuvelier, auteur d’une thèse sur les usages de l’affiche au 18e siècle. Interrogée sur la possibilité de concilier l’exigence d’universalité avec une écriture aussi ouvertement féminine, Anne-Lise Rey a proposé de considérer les écrits de Gouges comme une parole située : c’est précisément la situation de la parole qui permet une réelle universalité, par opposition à l’universel abstrait. Sophie Lucet a posé la question du rapport à l’écrit d’Olympe de Gouges, qui dictait ses pièces et qui n’a pas laissé de manuscrits de sa main. Élise Pavy-Guilbert est revenue sur les effets rhétoriques que Gouges tire d’une langue qui se présente comme une langue orale tout en rappelant qu’il existe aussi de nombreux indices de sa maîtrise de la langue écrite.


Annonce du séminaire

Vendredi 26 novembre de 15h à 18h

à l’Université de Paris, aux Grands Moulins,
5 rue Thomas Mann,
escalier C, sixième étage, salle 682C
et à distance, par vidéoconférence

(Ouvert à tou.te.s dans la limite des places disponibles, avec passe sanitaire pour les personnes extérieures à l’université. Écrivez-nous pour connaître le lien de connexion Zoom.)

Table ronde
en compagnie d’Anne-Lise Rey (Nanterre Université)
et Élise Pavy (Université de Bordeaux, IUF).

L’inscription de la Déclaration des droits de la femme au programme du bac français 2022 lui donne l’occasion de proposer une séance d’étude autour de cette figure ambiguë, arbre qui cache la forêt des engagements féminins en révolution pour les un.e.s, fondatrice de la tradition “féministe” pour les autres et à cet égard digne de la reconnaissance nationale (proposition de panthéonisation) ; prise entre les injonctions de l’universalisme républicain et celles de la reconnaissance d’une différence des sexes (J. Scott) mais aussi entre les feux croisés de débats historiographiques (et politiques) sur l’évaluation de sa doctrine sociale (girondine, modérée, gardienne de l’ordre bourgeois, conservatrice déguisée en passionaria ?). 

Une façon de prendre en écharpe les questions que pose cette instabilité de la figure est offerte par un programme scolaire qui semble se situer au plus près du geste commémoratif républicain, lui-même réactivé par ce qu’on pourrait appeler “La Révolution après #Metoo”. Réfléchir à ces enjeux suppose de revenir sur la construction d’une mémoire et l’étiquetage du “féminisme”, de s’interroger sur le retour obstiné de la Déclaration comme texte fétiche, et de ne pas y oublier, au passage, la Gouges de 92-93 et l’inventivité de ses modes d’expression et d’engagement. De quelle Olympe de Gouges nous souvenons-nous, et pourquoi faire ?


En mars 2019, nous avions présenté une communication à trois voix sur «l’objet Olympe de Gouges» au colloque La Révolution en 3D à la Sorbonne. Les articles que nous avons tirés de cette intervention sont en ligne, publiés dans le numéro 20 de la revue La Révolution française :

Olivier Ritz, « Le sacre retardé d’une écrivaine : Olympe de Gouges », La Révolution française, 20 | 2021. URL : http://journals.openedition.org/lrf/5014

Sophie Lucet, « Olympe de Gouges et la scène, ou le « devenir théâtre » d’Olympe de Gouges (imaginaires théâtraux xix-xxi) », La Révolution française, 20 | 2021. URL : http://journals.openedition.org/lrf/4924

Florence Lotterie, « Une fiction de la Révolution : Le projet de « La tenture Olympe de Gouges » (2009- ?) », La Révolution française, 20 | 2021. URL : http://journals.openedition.org/lrf/4900


Image à la une : Olympe de Gouges – Elle s’était offerte pour défendre Louis XVI© RMN-Grand Palais (Musée du Louvre)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search