Table ronde : littérature et imaginaires de la Révolution

La prochaine séance du séminaire aura lieu mercredi 31 mars de 15h à 17, par vidéoconférence. Elle réunira trois spécialistes de la littérature des 18e et 19e siècle ayant récemment publié ou soutenu leur thèse: Virginie Yvernault, Maxime Triquenaux et Laura Broccardo. Tous trois discuteront de ce que leurs travaux impliquent en termes d’imaginaires de la Révolution.

Pour participer à cette séance de séminaire, demandez un lien de connexion en envoyant un courrier électronique à olivier.ritz ( ) u-paris.fr.

***

Docteure de Sorbonne Université (2017) et spécialiste de littérature française du 18e siècle (historiographie des Lumières, histoire et esthétique du théâtre, études de genre), Virginie Yvernault est l’auteure de Figaromania, Beaumarchais tricolore, de monarchies en républiques (18e-19e siècle), paru aux éditions Hermann en 2020 (https://www.editions-hermann.fr/livre/9791037003324).

Elle est également en charge du programme d’Humanités numériques RCF19, en partenariat avec la Bibliothèque-musée de la Comédie-Française https://obvil.sorbonne-universite.fr/carnet-de-recherche/entretiens.

***

Maxime Triquenaux est agrégé de lettres modernes et docteur en littérature française du XVIIIe siècle de l’Université Lumière Lyon 2 (sujet de thèse: «Aristocraties de papier : trois figures littéraires de nobles face à la Révolution française (Besenval, Polignac, Richelieu)»). Ses recherches portent notamment sur la dimension littéraire de l’imaginaire social de la noblesse, mais aussi plus généralement sur les relations entre formes littéraires et cultures politiques à la fin de l’Ancien Régime, ainsi que sur les représentations de la sexualité et des violences sexuelles.  

Quelques publications récentes :

  • « Le portrait de Marie-Antoinette en robe de gaulle, ou le corps symbolique de la reine au risque de sa représentation », dans Paul Cormier, Xavier Gilly, Michaël Girardin (dir.) Construire la légitimité politique de l’Antiquité à nos jours, Paris, Classiques Garnier, 2021, p. 227-239.
  • « “S’amuser, et quelquefois amuser les autres, en leur rappelant ce qui n’existe plus” : la mémoire de la légèreté nobiliaire dans les Fragments de l’histoire de ma vie du prince de Ligne », dans Marine Ganofsky et Jean-Alexandre Perras (dir.), Le siècle de la légèreté : émergences d’un paradigme du XVIIIe siècle français, Oxford, Voltaire Foundation, Oxford University Studies in the Enlightenment, 2019, p. 55-70.
  • « Messaline française, louve de Barbarie et Ganymède femelle. La contagion de la haine dans les pamphlets contre la duchesse de Polignac », Orages, n° 16, 2017, p. 33-58.

Carnet hypothèses : https://imaristo.hypotheses.org/

***

Laura Broccardo est professeure agrégée de lettres modernes au lycée et docteure en lettres. Elle a soutenu en 2019 une thèse de doctorat intitulée : «Défaire l’histoire, refaire l’Histoire : l’écriture des possibles dans l’œuvre de Germaine de Staël (1785-1818)», sous la direction de Florence Lotterie à l’Université de Paris (Paris Diderot). Ses recherches, qui portent sur la période du tournant des Lumières (1780-1820), s’intéressent plus particulièrement à la question de l’écriture de l’histoire et des combats politiques des femmes.

Elle présente ainsi son intervention :

« Une Révolution où tout est possible[1] »:
le contrefactuel comme imaginaire de l’histoire de la Révolution

Différents lieux communs se retrouvent dans le discours sur la Révolution française : le réel y aurait dépassé le romanesque (« Ce grand spectacle que la France vient de donner au monde a produit des changements qu’on croyait tellement impossibles que personne n’eût osé les imaginer dans un roman : on les eût pris pour les rêves d’un malade », écrit le journaliste J.-P. Gudin), l’impossible serait advenu, selon l’historien Edgard Quinet (« la Révolution française a ramené la foi en l’impossible »).

Il s’agit de se demander, à partir du topos du « tout est possible » ou de l’ouverture des possibles, comment ce remodelage du réel par l’imagination a également façonné l’écriture de l’histoire de la Révolution et de l’Empire.

Pour ce faire, cette communication se propose de revenir sur un travail doctoral consacré à Germaine de Staël, intitulé « Défaire l’histoire, refaire l’Histoire : l’écriture des possibles dans l’œuvre de Germaine de Staël (1785-1818) », et de l’interroger au prisme du contrefactuel (ce qui se serait passé si…) comme imaginaire historique de la Révolution et de l’Empire. Notre propos prendra notamment appui sur des événements décisifs ou « tournants » qui ont nourri une certaine vision de l’histoire révolutionnaire, telle la fuite de Louis XVI à Varennes, et des personnages historiques controversés, aux multiples visages, comme Robespierre et Napoléon. Il sera également éclairé par quelques emprunts à la littérature de la période, notamment Delisle de Sales et Chateaubriand.


[1] Germaine de Staël, Des circonstances actuelles, dans Œuvres complètes, III, 1, dir. Lucia Omacini, Paris, Champion, p. 498.


Image à la une: Jean-Baptiste Lesueur, «Plantation d’un arbre de la Liberté» Gouache sur carton, 1790-1791, Paris, musée Carnavalet, sur Wikimedia Commons.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search