Espace et discours : les Assemblées de la Révolution

Vendredi 13 mars, de 17h à 19h, à l’Université de Paris (Paris Diderot)

Séance reportée en raison de l’épidémie de coronavirus.

Le thème du séminaire de cette année est « Arts et écritures de l’espace révolutionnaire de 1789 à nos jours ». Après une séance sur la bande dessinée contemporaine, avec Florent Grouazel et Younn Locard, et une séance consacrée au théâtre et au cinéma de la Belle Époque, avec François Huzar et Sophie Lucet, nous reviendrons à l’époque de la Révolution française pour nous intéresser avec nos invités à l’espace des Assemblées nationales.

  • Patrick Brasart (Université Paris 8) : L’espace parlementaire de la Révolution française : nature et transformations des dispositifs délibératifs dans les assemblées nationales (1789-1794)
  • Hélène Parent (Université Paris Nanterre) : Les assemblées de la période révolutionnaire : la fabrique d’un espace dans et par le discours (1789-1807) [Voir la présentation ci-dessous.]

Vendredi 13 mars, de 17h à 19h
[Séance reportée en raison de l’épidémie de coronavirus.]
Université de Paris / Paris-Diderot
Bâtiment des Grands Moulins – 5 rue Thomas Mann (Paris 13e)
Bibliothèque Jacques-Seebacher, escalier A, deuxième étage.

Entrée libre

Séminaire organisé par Florence Lotterie, Sophie Lucet et Olivier Ritz (Université de Paris / Paris Diderot, CÉRILAC) 


Présentation de la communication d’Hélène Parent

Les assemblées de la période révolutionnaire : la fabrique d’un espace dans et par le discours (1789-1807)

Cette intervention s’inscrira à la suite de celle de Patrick Brasart, intitulée « L’espace parlementaire de la Révolution française: nature et transformations des dispositifs délibératifs dans les assemblées nationales, 1789-1794 ». Les lieux que Patrick Brasart se propose de décrire, ainsi que les codes qui y sont associés, sont des réalités disparues. Aussi l’éloquence révolutionnaire est-elle perpétuellement confrontée à un manque essentiel : nous n’avons accès qu’aux discours écrits, alors même que ces textes étaient conçus pour être prononcés au sein des lieux en question. Cette limite, à mon sens, contribue à expliquer la persistance d’une réception souvent négative de l’éloquence révolutionnaire à la fin du XIXe et au XXe siècle : par-delà les enjeux politiques qui y sont liés, bon nombre d’historiens et de critiques n’y ont vu en effet qu’une rhétorique creuse et passée de mode, comme Gustave Lanson qui condamne une éloquence faite de « grands mots vagues, de formules abstraites », et bouffie « d’un faux goût d’Antiquité1», ou encore l’historien Albert Soboul qui pointe du doigt une « éloquence souvent abstraite, truffée de réminiscences de l’Antiquité, qui dégénère parfois en phraséologie déclamatoire2». 

En réalité, le discours d’assemblée révolutionnaire doit être envisagé, non pas seulement pour lui-même et en tant que texte écrit détaché de son contexte d’énonciation, mais au sein d’un champ discursif, constitué de tous les autres discours prononcés dans le même contexte, et d’un espace discursif spécifique, la salle de l’assemblée. C’est seulement dans cette perspective, selon moi, qu’il est possible de comprendre, voire d’apprécier, cette parole délibérative dans ce qu’elle peut avoir d’emphatique à la première lecture. Mais si l’accès aux textes exacts de ces discours est déjà difficile (quoique l’entreprise des Archives parlementaires contribue à rendre cette tâche plus aisée), la prise en compte de leur énonciation orale l’est plus encore3. Or, s’il est vrai que nous manquons d’indices nous permettant d’analyser avec précision la dimension orale de ces discours, rien ne nous interdit pour autant d’étudier la manière dont le discours s’appuie sur son espace d’énonciation tout en contribuant à la fabrication de ce dernier. Pour ce faire, nous pourrons par exemple nous appuyer sur certains outils issus de l’analyse du discours, comme la notion de « scénographie4».

Ainsi, cette intervention, qui ne prétendra nullement livrer une réflexion aboutie, se donnera simplement pour but d’ouvrir des pistes et de proposer des outils qui pourraient nous permettre d’habiter à nouveau des discours ayant souvent été mal reçus, et dont la forme a souvent été critiquée pour avoir été mal comprise. Or, il faut pour cela tâcher d’habiter également ces lieux disparus que sont les assemblées révolutionnaires, inséparables des discours qui les ont fait résonner. Il s’agira donc de montrer comme la parole des orateurs s’appuie sur le décor et la disposition de l’espace pour transformer ou fabriquer des représentations culturelles, lesquelles viennent réciproquement donner un sens et une raison d’être à cet espace, de manière à unifier l’auditoire – et plus largement le peuple français – dans un imaginaire commun dont on verra qu’il prend une dimension mythique. 

Hélène Parent, doctorante et ATER à l’université Paris Nanterre (laboratoire CSLF – Centre des Sciences des Littératures Françaises et Francophones). 

Sujet de thèse : « Modernes Cicérons. La romanité des orateurs d’assemblée sous la Révolution française et l’Empire (1789-1807) », sous la direction d’Alain Vaillant. 


Image à la une : Charles Monnet (dessin) et Isidore Helman (gravure), Assemblée Nationale, abandon de tous les privilèges, à Versailles, séance de la nuit du 4 au 5 aout 1789, 1790. Sur Wikimedia commons.

  1. Lanson (Gustave), Histoire de la littérature française, Paris, Hachette, 1896, p. 850-851.  []
  2. Soboul (Albert), Histoire littéraire de la France, Paris, Éditions sociales, 1976. []
  3. Un article d’Aurelio Principato soulève cette question de la dimension orale des discours. L’auteur énumère cinq sources possibles pouvant aider à y voir plus clair : les témoignages des contemporains, les informations sur les conditions d’énonciation des discours (disposition de la salle et règlement), les notes disséminées dans les journaux sur la gestuelle et le ton de l’orateur ainsi que sur les réactions du public, la théorie rhétorique de l’action oratoire entre l’Antiquité et le XVIIIe siècle, enfin la représentation de l’éloquence sur les scènes théâtrales. Pour autant, il rappelle que « les gestes, les intonations, les sourires des orateurs de la Révolution ne peuvent être restitués que par un effort d’imagination » (Principato (Aurelio), « Comment restituer l’action oratoire de la Révolution ? », in Une expérience rhétorique : l’éloquence de la Révolution, Actes du colloque de Sarrebrück (dir. É. Négrel et J.-P. Sermain), p. 19. []
  4. Voir l’entrée « Scénographie » dans le Dictionnaire d’analyse du discours de Patrick Chareaudeau et Dominique Maingueneau (Paris, Seuil, 2002, pp. 516-517). []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.